https://www.jouve.com header_visibility: footer_visibility:

Lié à sa démarche RSE, Jouve inaugure un mécénat de compétences avec la fédération Crésus

Calendar 26 août 2020 | Tag , ,

Quand l’union de la technologie, portée par Jouve et une vision humaniste, cheval de bataille de la fédération Crésus, permet de créer un partenariat à valeur ajoutée dans la lutte contre le surendettement.

 

Gagner en simplicité et efficacité dans la prise en charge des personnes en difficultés financières grâce au digital. Mardi 25 août 2020, Jouve dans la suite de sa logique RSE, affirme sa volonté de soutenir la finance durable en participant à la transformation numérique de la fédération Crésus à travers la création et l’hébergement de son nouveau site web et par l’intégration de ses technologies au sein de l’application Crésus.

Jean-Louis Kiehl, natif de Strasbourg, rejoint une petite association locale nommée SOS surendettement en 1995, qui en 2000, prend le nom de Crésus, acronyme de la Chambre Régionale de Surendettement Social, sous sa gouverne. Aujourd’hui elle connait une envergure nationale avec plus de 46 000 dossiers traités par an (pour 143 080 personnes concernées en 2019, ndlr). Ses motivations ?

 « C’est un peu la colère de voir des femmes et des hommes qui ont du travail et qui ne s’en sortent pas. Ce sont les classes moyennes aujourd’hui qui sont fragiles. Il y a certes les chômeurs et les personnes qui sont dans l’extrême précarité. Mais aujourd’hui le cœur de notre cible si on peut dire, ce sont les classes moyennes, les cadres qui perdent leurs boulots ou qui divorcent et qui se retrouvent avec une multitude de crédits et n’arrivent plus à s’en sortir. J’ai trouvé ça totalement injuste car ça casse des vies. On a 3 suicides par jour en raison du surendettement, des agriculteurs en difficultés, des ménages qui n’en peuvent plus, et ils baissent les bras, il faut que quelqu’un leur porte du secours. »

Lui-même issu de classe ouvrière, Jean-Louis a travaillé longtemps chez Mercedes, passé par la côte d’Ivoire et le Kenya, il rentre en France et reprend ses études en droit, jusqu’au concours général duquel il termine lauréat. Ce qui lui permettra ensuite d’être recruté par le médiateur de la République, Bernard Stasi puis Jean-Paul Delevoye. Il découvre alors le surendettement des ménages en difficultés.

Ce qui fait la richesse de Crésus aujourd’hui ce sont les nombreux bénévoles présents dans toute la France [plus de 600, ndlr] car comme le rappelle Jean-Louis, ils ne portent aucun jugement moral sur les personnes qui se présentent : « Je pense que quand quelqu’un est malade il ne faut pas s’interroger sur s’il fumait une cigarette, mais il faut opérer, il faut traiter le problème, avec bienveillance ».

Thibault Lanxade, Président Directeur Général du groupe Jouve et Jean-Louis Kiehl, Président de l’association Crésus, se sont rencontrés à l’époque du CODICE (Conseil pour la Diffusion de la Culture Economique) en 2008, présentant d’ores et déjà un fort intérêt pour le secteur financier. Aujourd’hui ils se sont rapprochés et ce partenariat vient dans la continuité de la démarche RSE portée par la Direction. « Nous avons une compétence IT reconnue, Crésus est une institution. J’ai le sentiment au travers d’un site fluide, ergonomique et pertinent que derrière on donne davantage de visibilité à Crésus qui le nécessite. C’est notre vision de la RSE, mettre nos compétences métier au service d’une cause louable » s’exprime Thibault Lanxade sur le sujet.

 Sachant que les expertises de Jouve sont conçues pour faciliter les relations entre les particuliers et les banques, le groupe et l’association – reconnue d’utilité publique – qui forme et accompagne les français en difficultés financières, ont alors noué une relation de confiance. L’idée du mécénat de compétences a vu naturellement le jour sous l’action de Xavier Monmarché, Directeur Exécutif Commercial, porteur du projet. Convaincu de l’importance de la Tech For Good pour une entreprise digitale, il lance ce partenariat avec une vision à long terme, « définir un partenariat avec Crésus renforce notre cohérence Tech For Good, à la fois en étant en capacité de pouvoir travailler avec les organismes financiers mais également en développant une mécanique autour de public ciblé. »

La signature de ce partenariat permet à Jean-Louis Kiehl d’affirmer les valeurs humanistes de l’association et de ses actions. Le digital ne se substituera pas à l’humain. Pour lui, il vient compléter son action. Un dispositif qui permettra d’être plus efficace et laissera plus de temps « au cœur » et à la bienveillance.

 « L’idée par la suite c’est de monter en puissance sur la captation de documents par mobile avec JMC qui permet d’identifier la data et l’intégrer dans l’algorithme de calcul de reste à vivre de Crésus. » Thibault Lanxade, insufflant l’idée d’instaurer l’application pour donner plus de moyens et d’efficacité à l’association. Justement, Jean-Louis Kiehl expliquait lors de la période de confinement, que l’association ne pouvait plus recevoir les personnes en physique et qu’aucune demande ne pouvait être validée à distance sur le site Crésus, un réel frein pour le fonctionnement de l’association. Cette innovation technologique, appelée Jouve Mobile Capture (JMC), permettra la validation des informations en ligne de façon automatique en croisant les données des différents documents. Par exemple, avec une fiche de paie scannée, l’outil vérifie qu’elle soit conforme à la réalité et la charge instantanément. Cela permet à la fin du circuit de recevoir un dossier au score de fiabilité élevé.

« Ma satisfaction est de voir progresser le dialogue entre les établissements financier et les publics fragiles et d’autant plus en période de crise », c’est la raison d’être de cet homme bienveillant et faussement candide, Jean-Louis Kiehl.

Contacts Presse JOUVE
Garance LEBLANC – 06 18 97 99 46 – gleblanc@jouve.com
Justine MARTINELLI – 06.84.14.22.33 – jmartinelli@jouve.com

©2020 Jouve SA|Tous droits réservés| Politique de confidentialité
 
Follow Jouve