webleads-tracker

https://www.jouve.com header_visibility: footer_visibility:

Jouve accueille ses clients dans un endroit smart et secret pour la Coupe du Monde de Rugby

Calendar 4 octobre 2019 | Tag

La France a entamé un parcours victorieux dans le cadre de la Coupe du monde de rugby au Japon. A l’occasion du match France-USA et Nouvelle Zélande-Canada, Laurent Cabannes ancien joueur international, détenteur de 45 sélections en Equipe de France, a accueilli Jouve et ses invités pour suivre dans des conditions particulièrement favorables ce match de la poule C (Angleterre, Argentine, France, Tonga).

Event Coupe du Monde de Rugby Japon

Membre de la commission de discipline de la FFR, Laurent est particulièrement bien placé pour nous donner un avis éclairé sur l’avenir de ce sport passionnant, ou il faut faire preuve d’initiative et d’engagement. Il nous a présenté les adversaires, commenté à la mi temps et en fin de match les différentes phase de jeu pour nous donner son avis et son éclairage sur cette victoire de l’Equipe de France (33-9) au score un peu flatteur. Une occasion de rencontrer clients et prospects dans une ambiance chaleureuse, enthousiaste, décontractée et gustativement savoureuse.

Il a répondu à quelques questions en parallèle, sur l’évolution du rugby et les valeurs de ce sport qui bonifient le monde de l’entreprise.

J/ Les valeurs du rugby aujourd’hui : poudre aux yeux, vestige d’un passé révolu ou exception à défendre dans un monde de plus en plus esclave du résultat à tout prix ?

LC/ C’est ce qui est sûr c’est que les valeurs du rugby aujourd’hui sont un peu bousculées dans la mesure où on est passé d’un sport amateur à un sport professionnel. Inévitablement, on s’efforce de tenir compte de ce qui se passe dans les fédérations des autres sports pour éviter les quelques erreurs que certains ont commis, mais c’est évident que les  valeurs du rugby sont bousculées. Cet un sport qui change beaucoup, rapidement alors qu’il n’a seulement que 20 ans de professionnalisme.
Cette évolution se calque à peu près sur la société d’aujourd’hui, plus individualiste. A la base le rugby à une assise forte de sport d’équipe. Mais ce sport est atypique car il rassemble des morphotypes très différents appartenant à des joueurs issus de cultures et de nationalités différentes et avec le temps la préparation des joueurs est de plus en plus individualisée. C’est à la fois très intéressant en termes de management car il faut pouvoir donner un objectif commun à un groupe de 30 à 35 contrats professionnels et des squads qui comprennent au final 50/55 joueurs.

J/ Cette évolution montre aussi la nécessite de se pencher sur les règles, de contrôler la violence des chocs notamment ?

LC/ Bon là c’est un sujet intéressant. Dans le monde du rugby aujourd’hui si on regarde un peu la façon dont ça se passe, auprès de World Rugby, des différentes fédérations et des clubs, la priorité est mise sur l’intégrité de la santé des joueurs. Ce n’est pas une mode ou une lubie, c’est vraiment une réorientation. C’est à dire que d’un côté on a pris conscience qu’il fallait changer certaines choses. Les joueurs sont dans un mouvement de surenchère physique, ils sont plus costauds, se déplacent plus vite, ont un bon cardio… Donc inévitablement on a un jeu qui a changé. On parle plus de chocs, on parle de collisions, on parle plus de nombre de joueurs sur une situation, on parle de trafic. Les verbatims changent. Donc il faut tenir compte de tout cela. Les médecins de club suivent désormais cela de près. Ils produisent nombre de mémos et documents dans lesquels on voit bien que le nombre de joueurs blessés et blessés gravement est en constante augmentation. Le monde du rugby avec trois accidents très importants en France et quelques uns dans d’autres pays a fait un Grenelle de la santé. Depuis l’accident du jeune joueur du Stade Français, il y a une accélération de la prise de conscience. On a dépassé le stade de la réflexion et actuellement un certain nombre de règles se mettent en place.
Il y a un vrai travail de surveillance qui s’appuie sur les images du match. Par exemple, sur chaque match de Top 14 et de pro D2 . Il y a un médecin indépendant équipé d’une tablette qui est en mesure de regarder l’image, de revenir un peu en arrière sur l’action passée. Il peut cibler un joueur qui a un comportement pas habituel et il va tout de suite en informer l’arbitre qui doit arrêter l’action faire sortir le joueur. Ce sont des dispositifs qui n’existaient pas encore il y a encore un an. Comme je fait partie de la commission de discipline, je vois également que l’attitude des joueurs et leurs comportements ont beaucoup changé.

J/ Le french flair est il compatible avec le monde de l’entreprise ? Parle nous Laurent, un peu de l’expression de ces valeurs du rugby dans le monde de l’entreprise !

LC/ Dans le sport tout va être calibré à 80% et les 20 % qui restent vont être pris par les joueurs talentueux qu’on appelle les facteurs X ou les Matchs Players. Ces joueurs changent la face d’un match par leurs qualités individuelles et le coté imprévisible des choses. La beauté du sport c’est que tout ne soit pas programmé, car sinon on tombe un peu comme pour le foot américain ou tous les scénarios sont définis à l’avance et très formatés. Dans le monde de l’entreprise je transfère cette notion sur les principes des initiatives personnelles. La Daf, le directeur marketing ou commercial indique un cadre de fonctionnement et ensuite l’initiative des salariés peut permettre d’atteindre des résultats surtout lorsque les temps sont plus difficiles. Innover, surprendre ses clients est primordial.
Mon rôle est celui d’animateur d’une équipe. Je travaille sur le message à faire passer pour faire évoluer l’entreprise au quotidien, puis je fais intervenir un expert qui va provoquer l’étincelle du changement. Cela peut être un chef étoilé, un entraineur, un mec du raid, un alpiniste, un navigateur en solitaire, ou d’autres profils aussi impactant et atypiques.

©2019 Jouve SA|Tous droits réservés| Politique de confidentialité
Follow Jouve