https://www.jouve.com header_visibility: footer_visibility:

DAVID GRUSON, pilote aguerri de la Task Force santé Jouve

Calendar 26 août 2020 | Tag , , ,

David est arrivé chez Jouve en 2019 avec un objectif de taille : faire de Jouve un acteur majeur de la digitalisation dans le secteur de la santé. Une entrée en matière rapidement impactée par l’arrivée inattendue de la Covid19 début 2020. Cette crise sanitaire aux effets par ailleurs dramatiques a révélé l’efficacité de l’équipe santé mise en place sous sa direction, qui a su répondre à des enjeux techniques mais aussi humains au service des établissements de santé.

Quel est votre parcours professionnel ?

Je suis arrivé chez Jouve il y a maintenant un an. Avant cela, j’ai eu un parcours professionnel alterné entre le secteur du numérique et le secteur de la santé où j’ai exercé des missions à la fois au niveau national et des fonctions plus opérationnelles en direction d’établissements de santé.  J’ai été directeur adjoint à l’Assistance publique des hôpitaux de Paris en début de carrière puis directeur général du CHU de la Réunion il y a quelques années. Je suis très heureux d’être avec Jouve pour m’occuper du programme santé que l’on construit avec les équipes depuis l’année dernière.

Cela fait maintenant un an que vous évoluez au sein du groupe. Quels ont été les principaux enjeux auxquels vous avez fait face ?

C’était tout d’abord un enjeu de découverte de l’entreprise et de rencontre avec celles et ceux qui la font vivre. Le format task force voulu par Thibault Lanxade, PDG du groupe est très stimulant et positif mais aussi exigeant car il faut respecter les délais et être capable de se mobiliser sur un champ sectoriel dans un temps court en produisant des résultats et structurer une offre produit lisible. En discutant avec les équipes, j’ai essayé de comprendre comment nous pouvions mobiliser le savoir-faire Jouve, ses offres technologiques et ses capacités humaines au service de besoins émergents dans le système de santé à un moment particulier qui est celui de la transformation numérique de ce dernier. Nous vivons un véritable effet d’accélération sur ces questions car les esprits des acteurs du système de santé évoluent. En outre, les pouvoirs publics se saisissent aujourd’hui du sujet grâce à un programme porté par la délégation numérique en santé. Et puis il y a également eu un effet d’accélérateur malheureux, la Covid-19, qui est venue d’une certaine manière percuter le calendrier de déploiement que l’on avait imaginé puisqu’il y a eu une demande très forte sur l’automatisation du processus d’admission depuis le début de la crise. C’est la vocation de Know Your Patient (KYP) de répondre à ce besoin. Nous avions deux sites pilotes avant la Covid puis nous avons accéléré son déploiement auprès d’une trentaine d’hôpitaux publics et privés. Il s’agissait alors d’ «un travail à marche forcée» pendant la gestion de la crise et après.

J’ai beaucoup de reconnaissance vis-à-vis du Comex pour son soutien continu et vis-à-vis des équipes d’autant plus dans des conditions qui étaient compliquées avec le télétravail et toutes les contraintes que cela pouvait apporter. Ce que Jouve produit ne se résume pas à KYP qui, par ailleurs, continue de se développer et de s’étoffer. Nous avons aussi une activité d’audit de transformation numérique d’établissements de santé. Petit à petit, le mouvement consiste à partir de l’expertise métier de Jouve et de se rapprocher du champ de valeur plus directement sanitaire, médical. Nous y avançons résolument et c’est le cap qui nous a été fixé par Thibault Lanxade dès le début de la Task-Force.

« Le mouvement consiste à partir de l’expertise métier de Jouve et de se rapprocher du champ de valeur plus directement sanitaire, médical »

Le confinement a fait prendre conscience de l’importance de la digitalisation des différents secteurs et particulièrement celui de la santé. Quel a été l’apport de KYP pendant cette période ?

Know Your Patient est un produit qui se positionne à la jonction de deux types de préoccupations : conjoncturelles et structurelles. Conjoncturellement, KYP vise à répondre à l’impératif de distanciation physique et à réduire les concentrations de populations au guichet dans un contexte épidémique au sein des hôpitaux. C’est quelque chose que les acteurs hospitaliers ont très vite compris que ce soit dans l’intérêt de la protection des patients ou des professionnels. Nous sommes au mois d’août et nous pouvons maintenant affirmer que les règles de distanciation physique et l’application des gestes barrière sont amenés à durer et c’est bien un changement de culture qui va s’inscrire encore pendant sans doute de longs mois.

Par ailleurs il y a des raisons structurelles, cela fait plusieurs années que l’on constate qu’il est important de mieux organiser la fonction d’onboarding des patients dans le système de santé. Il y a là une organisation inefficiente et un très faible taux de digitalisation alors que dans certains pays d’Europe du Nord, 90% de l’accès au système de santé se fait de manière digitale. En France, même les établissements les plus avancés n’arrivent pas à dépasser 30%. Il y a donc une réelle volonté d’évoluer à ce niveau grâce à l’innovation technologique de Jouve mais aussi grâce à dynamique d’animation collective et d’innovation. C’est vraiment une démarche d’équipe avec un engagement d’acteurs de nombreuses direction : R&D et produits, IT, production, indus, avant-vente et commerce, juridique… C’est ça l’esprit Task-Force voulu par Thibault Lanxade : avancer de manière transverse en mobilisant les compétences de Jouve sur un champ sectoriel déterminé.

Nous ne sommes pas au bout du chemin loin de là. Il s’agit d’une première étape importante mais l’équipe santé continue d’organiser des sessions approfondies de brainstorming en R&D pour imaginer la suite sous l’égide de Nicolas Chevrier et la direction innovation Produits. Ces réunions sont nécessaires pour déterminer le développement du produit au-delà de l’urgence. Et bien sûr, il faudra continuer à répondre aux enjeux immédiats avec des temps de réaction parfois très courts liés aux contraintes des hôpitaux : c’est ce que nous faisons avec Adrien Deudon, qui m’appuie dans le pilotage de la Task-Force, et l’équipe de déploiement. Avec le KYP, Jouve a été un acteur réel de la gestion de la lutte contre l’épidémie et le sera sans doute de plus en plus. C’est évidemment une reconnaissance mais aussi une responsabilité.

Pour conclure, que retenez-vous de cette année ?

J’ai passé une année merveilleuse avec les équipes. En premier chef, je retiens la dynamique collective. La capacité d’imaginer et de créer des choses ensemble, qui s’ancrent dans une démarche opérationnelle. Ce que nous avons accompli ne se résume pas à de la simple théorie. Nous avons conçu des outils et des vecteurs qui répondent à de réels besoins. C’est une bonne première année pour Jouve et la task force santé. Dorénavant, il va falloir concevoir un plan sur le moyen terme mais en gardant cette idée de task force dynamique et de stimulation, à l’image d’une start-up interne mais toujours avec l’idée d’impliquer l’ensemble des segments de l’entreprise.

 
©2020 Jouve SA|Tous droits réservés| Politique de confidentialité
 
Follow Jouve